LA MER, DERNIÈRE DEMEURE POUR DES CENDRES ?

Nous pouvons raisonnablement dire que, dans un futur proche, dans de nombreux pays, la crémation sera considérée comme une pratique ordinaire.

Ami(e)s Internautes de www.subphotos.com le  saviez vous ?

Depuis plusieurs années, la SNSM (Société Nationale de Sauvetage en Mer)  https://www.snsm.org/ procède à la dispersion de cendres en mer à bord de ses vedettes.

Une cérémonie effectuée dans la tradition maritime.

Dés que le défunt est à bord, le pavillon est mis en berne.

Sur zone, un coup de corne de brume est donné avant la dispersion ou l’immersion par la famille.

Une musique classique, profane ou sacrée peut être diffusée.

Lecture par exemple du poème « Océano  Nox » écrit en 1836 par Victor Hugo, souvent repris dans les manuels scolaires ou autre lecture d’un texte…

Des fleurs ou gerbes ou couronnes ou lanternes peuvent être mises à l’eau pour accompagner les cendres durant la dispersion ou l’urne biodégradable durant l’immersion.

La vedette de la SNSM fait trois fois le tour du lieu, puis le pavillon est largué avant de clore par trois coups de cornes de brumes.

Ce service de dispersion des cendres en mer est  rendu  par un certain nombre de stations de sauvetage de la SNSM qui acceptent ponctuellement d’effectuer cette prestation dans le respect rigoureux de la loi et de la réglementation maritime et des 300 mètres (loi littoral n°86-2 du 3 janvier 1986 et article du L.2213-23 du CGCT) pour une dispersion hors des voies et espaces publics maritimes clairement balisés ou délimités (côte, plage, port, chenal d’accès, parc de culture ou d’élevage marin, etc.)

La dispersion des cendres doit se faire dans des zones correspondant à la législation en fonction de la distance par rapport à la côte.

Le service rendu par la SNSM peut être défrayé des coûts engagés pour la sortie spéciale afin de pourvoir aux frais de fonctionnement courant de la station de sauvetage de la SNSM.

Attention ! Pendant toute la cérémonie, la vedette de sauvetage de la SNSM reste opérationnelle.

Si le donneur d’ordre de la SNSM, le CROSS (Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage) décide de déclencher l’embarcation de la station de sauvetage de la SNSM pour assurer une intervention vous comprendrez que la cérémonie de dispersion de cendres en mer puisse être annulée.

Depuis la loi du 19 décembre 2008, les cendres d’un défunt ne sont plus de simples cendres, mais sont considérées comme un « corps ».

Cette loi interdit la conservation des cendres à son domicile.

Un délai d’un (1) an maximum est donné aux familles pour trouver une destination finale aux urnes funéraires.

Passé ce délai, les familles doivent accomplir les démarches de dispersion des cendres.

Un défunt en urne a ainsi les mêmes choix de destination qu’un défunt en cercueil avec la possibilité de pratiquer une dispersion des cendres en plus.

L’Eglise catholique a précisée dans une instruction de la Congrégation pour la doctrine de la foi  publiée le 25 octobre 2016 les règles de la crémation qui n’est pas interdite pour les catholiques. L’Eglise catholique réaffirmait en 2016 sa préférence pour l’inhumation des corps.

La crémation ne contient pas, en soi, la négation objective de la doctrine chrétienne sur l’immortalité de l’âme et la résurrection des corps.

Cependant pour l’Eglise catholique les cendres doivent être conservées normalement dans un lieu sacré, à savoir le cimetière ou le cas échéant, une église afin de réduire le risque de soustraire les défunts à la prière et au souvenir de leur famille et de la communauté chrétienne et d’éviter les éventuels oublis et manques de respect qui peuvent advenir surtout après la disparition de la première génération, ainsi que des pratiques inconvenantes ou superstitieuses.

La commémoration des défunts, le 2 novembre, est une occasion de rappeler que la mort d’un baptisé concerne la famille, la communauté catholique et toute l’Eglise.

Revenons à une cérémonie voulue par le défunt de dispersion de ses cendres en mer ou d’immersion.

La personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles en fait la déclaration à la mairie de la commune du lieu de naissance du défunt.

Se munir d’une copie de l’attestation de crémation ou du certificat d’incinération du défunt et d’une copie de l’acte de décès, ou un justificatif officiel du lieu de naissance comme par exemple le livret de famille.

L’identité du défunt ainsi que la date et le lieu de dispersion des cendres sont inscrits sur un registre créé à cet effet.

Aucun délai n’a été fixé pour cette déclaration (art.L 2223-18-3)

Il est possible d’immerger une urne biodégradable (en sel, en carton, argile, ou autre matière biodégradable…) en mer.

Cette immersion doit s’effectuer à une distance minimum de 3 milles marins (environ 6 kms) des côtes (loi littoral n°86-2 du 3 janvier 1986 et article L.2213-23 du CGCT) et hors des voies et espaces publics maritimes clairement balisés ou délimités (port, chenal d’accès, parc de culture ou d’élevage marin…)

Une urne biodégradable peut être immergée ou placée par un(e) plongeur(se) dans une cavité ou dans une grotte à une quinzaine de mètres de profondeur.

Je n’ai pas trouvé de texte qui interdirait l’immersion d’une plaque gravée qui elle ne peut pas être « biodégradable » !

Vous admettrez que l’objectif des inscriptions gravées et immergées est de rappeler le souvenir du défunt…

Enfin il peut être utile de rappeler qu’en France depuis une loi du 15 novembre 1887 chacun a la liberté d’organiser ses propres funérailles.

Cela est limité par l’article 6 du Code Civil qui interdit de déroger à l’ordre public et aux bonnes mœurs.

Deux seuls modes autorisés de sépulture : inhumation ou crémation.

Cette loi de 1887 est par ailleurs reprise par l’article 433-21-1 du Code pénal qui prévoit que toute  personne qui donne aux funérailles un caractère contraire à la volonté du défunt, alors qu’elle en a connaissance, sera punie de six mois d’emprisonnement, d’une amende de 7500 Euros.

Retenons que le principe général est de respecter la volonté d’un défunt clairement exprimée pour l’organisation de ses funérailles lorsque nous en avons connaissance…

Jean de SAINT VICTOR de SAINT BLANCARD

www.subphotos.com – (f) Sea 4 You -

« ENVIE D’ÉVASION ? PLONGEZ EN GUADELOUPE ! »

« LE PLUS BEAU VOYAGE EST DE SE PROUVER SA LIBERTÉ »

Voyageuses, voyageurs indépendants quelle destination était possible pour s’évader le 22 janvier 2021 pendant les restrictions de déplacements aériens liées à la Pandémie du Covid 19 ?

L’une des réponses était d’abord de se munir d’un document de Microbiologie Recherche « négative »  de SARS-CoV-2 (nCov-19) par Ecouvillonnage naso pharyngé daté de moins de 72 heures pour prendre un vol « AIR CARAÏBES » en direction de la Guadeloupe.

Isolement prophylactique décidé avec la riche faune flore sous-marine de la réserve Cousteau au large de Malendure…

Avec mon épouse Marie nous venions de loin (plus de huit heures de vol) pour goûter aux eaux couleurs d’émeraude jusqu’au bleu profond…

Nous avons pris le vent de la liberté pour plonger en Guadeloupe en janvier / février même si la meilleure période météo est selon un gestionnaire d’un gite : avril / mai / juin.

Cette précieuse liberté nous ne cessons de la remercier pour l’opportunité de belles plongées en Basse Terre et la découverte de Terre-de-Haut aux Saintes.

Un voyage loin des esprits essoufflés pour plonger sur le mythique « Sec Pâté »…

Une plongée à ne pas manquer !

Notre liberté comme nous avons eu raison de tout lui prêté pour satisfaire nos exigences pour plonger début 2021.

Les vrais voyageurs sont ceux-là seuls qui partent…

Loin d’une oasis confinée dans un désert d’ennui !

Ah ! Replonger… Apprendre de l’abîme, des coraux, des jardins d’éponges…

Explorer des trésors immergés, des épaves coulées volontairement pour créer des récifs artificiels…

Au soleil la mer est douce pour celles et ceux qui veulent devenir « poissons » et sonder vers le plus profond…

Délicieuses sensations en plongée mais attention aux paramètres des ordinateurs qui nous ramènent à la raison…

Vaille que vaille il nous faut remonter…

Une chanson trotte dans nos  têtes :  « Attendez que ma joie revienne » pour à nouveau plonger en Guadeloupe…

Pa ni pwoblèm, cé douce (Tout va bien en Créole…)

Jean de SAINT VICTOR de SAINT BLANCARD

INFOS PRATIQUES

 Pour plonger à Malendure et la réserve Cousteau à Basse-Terre

« Les Heures Saines » : Tél : 0590 988 663 – www.heures-saines.gp

Pour se loger : Gîte : « Chalets Sous-le-Vent » – Bouillante – Guadeloupe -

Tél : +590 (0590) 98 91 61 – www.souslevent.biz -

Pour plonger à Terre-de-Haut aux Saintes

« Club de Plongée Pisquettes » : Tél : 0590 99 88 80 – www.pisquettes.com

Mail : plongee@pisquettes.com

Pour lister les « Incontournables » lors d’un séjour :

Lire le « Guide évasion « GUADELOUPE » – Hachette Tourisme – www.guide-évasion.fr -

VINGT MILLE HEURES SOUS LES MERS…

Lectrices, lecteurs, Plongeuses, plongeurs, Ami(e)s Internautes, vous admettrez que l’idée d’avoir un garde-temps résistant à l’eau ne date pas d’hier.
Les montres de plongée modernes présentent des codes identifiés aux poignets des plongeurs de l’équipe du commandant Cousteau dans le film du « Monde du silence » sorti en 1956.
Albert Falco plongeur français, mondialement connu pour avoir été fidèle second du commandant Cousteau dès l’origine, le premier océanaute au monde et le premier pilote de la soucoupe plongeante a sans doute passé plus de 20000 heures sous les mers comme plongeur professionnel sans compter ses plongées de loisir et celles réalisées après sa retraite jusqu’à quasiment la date de son décès le 21 avril 2012 à Marseille.
Il possédait une montre de plongée extrême avec lunette tournante bidirectionnelle :
L’Omega Seamaster « Ploprof 1970 » avec une couronne vissée positionnée à 9 heures et protégée par un écrou de blocage. Son positionnement unique permettant de libérer le poignet et d’éviter toute manipulation accidentelle.
Une des montres de plongée les plus robustes et les plus fiables jamais produites.
Souvenons nous également que Robert (Bob) Maloubier co-créateur des nageurs de combat français définissait en précurseur génial certaines caractéristiques de la montre de plongée : « Une montre avec un cadran noir, de grands chiffres et des indications claires sous la forme de triangles, cercles et carrés ainsi qu’une lunette extérieure pivotante qui reprenait les repères du cadran. Nous souhaitions au début d’une plongée être en mesure de positionner la lunette au regard de la grande aiguille des minutes afin d’indiquer le temps restant. Nous voulions enfin que chacun des repères soit aussi évident qu’une étoile pour un berger. »
Le cahier des charges exigeant avait été adressé par Robert (Bob) Maloubier à Lip avant Blancpain mais la manufacture française n’avait pas jugé porteur le projet…
Le premier modèle de Fifty Fathoms a donc été dévoilé à Bâle par Blancpain en 1954, soit un an avant la présentation de la fameuse Submariner de Rolex icône de la montre de plongée moderne.
Le prix de vente de la réédition de la Fifty Fathoms « Nageur de combat » par Blancpain n’est déjà pas à la portée de toutes les bourses mais pour acquérir l’originale en bon état les collectionneurs passionnés seront peut être obligés de lever la main pour faire une offre à six chiffres lors d’une vente aux enchères !
Je ne sais pas si Robert (Bob) Maloubier qui rêvait de devenir pilote de chasse a porté son regard vers le ciel, vers le campanile du Lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine où il était scolarisé.
Ce campanile est revêtu de quatre inscriptions gravées avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale : « L’heure revient, l’homme ne revient pas », Chaque heure blesse, la dernière tue », « L’heure française sonnera toujours », et enfin… » « Quand l’heure sonne, Homme soit debout ».
Des heures particulières vécues par des héros de l’ombre comme Robert (Bob) Maloubier décédé le 20 avril 2015 à Paris.
Un jour symbolique pour les Parachutistes, le 29 septembre 2017, cela a été l’occasion de rendre hommage à l’exemplarité de son engagement pendant la Seconde Guerre mondiale en dévoilant une plaque au sein du hall d’honneur du Lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine.
Lors de cette émouvante et belle cérémonie je n’ai pas douté que pour chaque participant dans une communion intergénérationnelle un silence intérieur a été observé comme le silence qui marque dés l’ouverture d’un parachute !
Rappelons nous ce passage de l’Apocalypse : « Il se fit un silence dans le ciel lorsque l’archange Michel combattait le dragon ».
Nos montres étanches classiques ou extrêmes doivent résister à des variations de pression de l’eau.
Vous connaissez le « Bar » cette unité de mesure de la pression qui est égale à 100000 pascals (Pa). Proche de la pression atmosphérique moyenne à la surface de la mer. Du grec « baros » qui signifie « pesanteur ». En 1946 le Système international d’unités (SI) fondé sur le mètre, le kilogramme, la seconde et l’ampère.
Les plongeurs connaissent bien l’équivalence admise des valeurs : 1 bar = 1 atmosphère (ATM) et correspond à la pression de l’eau à 10 mètres de profondeur à savoir 1 kg par cm2.
Regardez votre montre étanche et si vous notez «water résistant 10 ATM » cela veut dire « étanche jusqu’à 100 mètres » mais vous n’êtes pas obligés d’aller vérifier in situ !
Par ailleurs permettez moi une confidence : cela serait un bonheur pour moi de comptabiliser plus de vingt mille heures sous les mers !
« Sed fugit interea, fugit irreparabile tempus, singula dum capti circumvectamur amore » – Virgile – Géorgiques – livre III –
Traduisons : « Mais en attendant il fuit : le temps fuit sans retour, tandis que nous errons prisonniers de notre amour du détail ».
Merci pour votre lecture et pour avoir pris le temps de partager mon clin d’oeil reconnaissant et respectueux vis à vis de plongeurs iconiques qui incarnèrent une époque emblématique de passions vécues sous la mer…

Jean de SAINT VICTOR de SAINT BLANCARD – www.subphotos.com –
(f) Sea 4 You -

COMMUNIQUE DE PRESSE

WEBaffiche-2019-JSB-new4-cor

« PLONGEZ DANS L’HISTOIRE ET EN THAÏLANDE… »

UNE EXPOSITION DE PHOTOS SOUS-MARINES ACCUEILLIE
TOUT L’ETE 2019  A LA FORTERESSE MEDIEVALE DE VILLENEUVE LOUBET !

LES VISITEURS DE CE MONUMENT HISTORIQUE PRIVE POURRONT SUIVRE LES GUIDES

DE L’OFFICE DU TOURISME DE VILLENEUVE LOUBET

UNE LONGUE ET PASSIONNANTE HISTOIRE…
DEPUIS L’EDIFICATION PAR ROMEE DE VILLENEUVE, JUGE ET BAILLI DE PROVENCE « CHEF DE L’ADMINISTRATION ET DE LA POLITIQUE COMTALE ET AUSSI DES FORCES ARMEES », ENTRE 1231 ET 1234 D’UNE FORTERESSE SUR LA COLLINE DU GAUDELET SUR LES TERRES DONNEES PAR LE COMTE DE PROVENCE RAIMOND BERENGER V RENDU MAITRE DU TERRITOIRE DE VENCE.

LE DESSIN DE FORTERESSE MEDIEVALE N’EST PAS SANS RAPPELER CELUI DU KRAK DES CHEVALIERS DANS L’OUEST DE LA SYRIE ACTUELLE…

SON DONJON PENTAGONAL A VOCATION DEFENSIVE TEMOIGNE DU PASSE MEDIEVAL AVANT LES REAMENAGEMENTS DANS LE STYLE RENAISSANCE DES AUTRES BATIMENTS.

RAPPELONS LE SEJOUR DE FRANCOIS 1ER EN 1538 EN CETTE FORTERESSE A L’OCCASION DE LA SIGNATURE DE LA TREVE DE NICE AVEC CHARLES QUINT.

EN 1742, LA SEIGNEURIE ET LA FORTERESSE ENTRENT PAR SUCCESSION DE HENRI DE THOMAS, BARON DE LA GARDE, MARQUIS DE VILLENEUVE, FILS D’AUGUSTE DE THOMAS, DANS LA FAMILLE MARK-TRIPOLI DE PANISSE-PASSIS QUI EN EST TOUJOURS PROPRIETAIRE.

DU 1ER JUIN 2019 AU 20 SEPTEMBRE 2019, EN COMPLEMENT DES VISITES GUIDEES, LES VISITEURS AURONT L’OPPORTUNITE ET LE PLAISIR DE DECOUVRIR UNE EXPOSITION DE PHOTOGRAPHIES REALISEES EN MER D’ANDAMAN AU LARGE DE PHUKET EN THAÏLANDE.

LES IMAGES SOUS-MARINES DE THAÏLANDE PAR JEAN DE SAINT VICTOR DE SAINT BLANCARD – WWW.SUBPHOTOS.COM – SERONT EXPOSES SOUS FORME DE GRANDS TIRAGES PHOTOGRAPHIQUES SUR DES CHEVALETS.

TIRAGES PROPOSES A LA VENTE AU PROFIT DE L’ONG HAMAP HUMANITAIRE

- WWW.HAMAP-HUMANITAIRE.ORG -

 L’AGREMENT N° 2019-01 DE LA FEDERATION PHOTOGRAPHIQUE DE FRANCE –

WWW.FEDERATION-PHOTO.FR – A ETE ACCORDE POUR VALORISER CETTE ANIMATION ESTIVALE ORGANISEE EN 2019 A VILLENEUVE LOUBET EN FAVEUR DE L’IMAGE ET EN SOUTIEN A L’ONG HAMAP HUMANITAIRE.

N’HESITEZ PAS A VISITER OU REVISITER CETTE FORTERESSE MEDIEVALE SUR INSCRIPTION

A L’OFFICE DU TOURISME –  WWW.VILLENEUVE-TOURISME.COM – 04.92.02.66.16 –

Les tirages photographiques pour cette Exposition seront réalisés par IDR Concept – www.idr-concept.fr -

LA LÉGENDE DU CORAIL…

Lectrices, lecteurs, plongeurs ou non, vous passerez sans doute un jour à Florence, la cité Italienne des fleurs, sous les hautes voûtes de la loggia dei Lanzi, place de la Seigneurie.

Regardez attentivement une statue, plus remarquable que les autres, fondue par Benvenuto Cellini.
Un travail artistique accompli sur neuf années entre 1545 et 1554.

Le sujet ? Un homme coiffé d’un casque ailé est debout, le pied sur le cadavre d’une femme décapitée. Il tient, de sa main droite, un sabre courbé, de sa main gauche, il élève une tête fraichement tranchée d’où dégoutte encore du sang, lui-même détourne le visage.

Est-ce l’horreur du geste accompli ? Non !

Apprenez pourquoi Persée,  ( car c’est bien lui représenté par le célèbre artiste Benvenuto Cellini…) écarte son regard du trophée qu’il brandit.

Savez-vous qui étaient les Gorgones et Méduse l’une d’entre elles ?

Phorcus, dieu marin et surtout son épouse Céto avaient donné le jour à six filles bien différentes.
Les trois aînées étaient les Grées, littéralement « vieilles femmes », venues au monde avec des cheveux blancs et ainsi nommées.

A elles trois elles auraient un seul œil et une seule dent à utiliser tour à tour !

Les trois cadettes étaient les Gorgones et bien différentes par une beauté admirable.
Seules deux des Gorgones possédaient l’immortalité mais la troisième Gorgone, sans doute la plus belle, Méduse, seule participait de l’humaine nature et pouvait donc mourir…

Ses yeux couleurs d’un ciel vierge de tout nuage, ses cheveux blonds et longs reflétaient l’éclat du soleil.

Méduse la plus belle des Gorgones osa défier Minerve  en prétendant la surpasser par  la finesse de ses traits ce qui ne manqua pas de provoquer une colère épouvantable de la déesse immortelle…

Méduse fut métamorphosée en une créature d’une laideur repoussante, avec des serpents hideux dans ses cheveux, un rire féroce et sauvage sortait de sa bouche et surtout ses yeux prirent une telle expression de dureté que leur seule vue transformait en pierre quiconque osait la regarder en face !

Surpris par Méduse quiconque était englouti dans les ténèbres et Persée allait devoir l’affronter…

Parvenu aux champs de Clysthène, Persée pu retrouver les trois Grées et s’empara habilement de leur dent commune et de leur œil unique.

Avec ces gages il put les forcer à livrer un renseignement pour trouver Méduse via le jardin des Hespérides, par la rivière des enfers Le Styx et rendit leur œil et leur dent avant de se diriger vers les lieux infernaux désignés…

Chemin faisant, Persée rencontra Pluton qui lui offrit son casque qui rendait invisible celui qui le coiffait…puis Mercure qui détacha ses brodequins ailés grâce auxquels il pouvait voler dans les airs…puis Minerve qui lui tendit son miroir d’argent qui brillait davantage qu’un diamant…

Persée utilisa le miroir pour marcher à reculons vers Méduse et brandit son sabre recourbé pour lui trancher sa tête d’un seul coup asséné.
Sans regarder son trophée il s’envola vers le rivage de Sériphe et alla à la rencontre du roi Polydecte en son palais.

Mal en pris au roi incrédule et jaloux qui voulait tuer d’un javelot le héros !

Persée présenta au roi Polydecte la tête de Méduse extirpée rapidement de sa besace et le roi se transforma aussitôt en pierre ainsi que sa suite de soldats et ses serviteurs.

De la tête de Méduse fraîchement coupée de fines gouttes de sang tombèrent dans la mer et parait-il de ce sang de Méduse naquirent des pierres rouges que l’on nomme Corail…

De cette légende sanglante un pouvoir magique contre le mauvais sort fut attribué au Corail toujours très apprécié comme ornements par de nombreuses femmes…

Que ce pouvoir ne vous empêche pas d’être prudents sur terre comme sous l’eau…

Bonnes plongées…

Adaptation

Jean de SAINT VICTOR de SAINT BLANCARD – www.subphotos.com – (f) Sea 4 You -

Remerciements

CORSE PLONGEE…un paradis…une passion à Pietrosella.
Dominique Casamarta – Directeur général –  www.corseplongee.fr -

Jeff – Catherine & Christian.

RESTAURATION DE LA DIVERSITE ECOLOGIQUE DANS LE PORT DE LA NAPOULE…

Lectrices, lecteurs le saviez vous ?

Une compensation écologique ou mesure compensatoire vise à compenser ou contrebalancer les effets néfastes pour l’environnement, d’un aménagement ou de la réalisation d’un projet inévitablement ou potentiellement créateur de nuisances.

Ces compensations qui peuvent par exemple être des travaux de restauration de milieux ou d’espèces, des processus immatériels comme la formation ou sensibilisation des usagers ou gestionnaires des sites…doivent théoriquement rétablir une situation d’une qualité globale au moins proche, si ce n’est meilleure, de la situation antérieure, ou un état de l’environnement jugé fonctionnellement « normal » ou « idéal »

Exemple de la directive cadre sur l’eau qui a pour objectif le «bon état écologique » des milieux aquatiques.

Les bonnes nouvelles ne sont pas légions…

Alors pourquoi ne pas saluer par un reportage les travaux entrepris pour la restauration de la diversité écologique dans le Port de La Napoule ?

De nouveaux équipements avec création d’un quai destiné aux grands catamarans à voile, l’amélioration de l’accueil des passagers à destination des Iles de Lérins…une partie des aménagements a été pensée de manière à inclure un projet à la fois original et innovant permettant de restaurer la biodiversité marine.

Autre bonne nouvelle : la concession du Port de La Napoule (06) a été prolongée de cinq (5) ans, portant son terme au 31 décembre 2029.

Le Yacht Club International de Mandelieu-La-Napoule – http://www.port-la-napoule.com -

(YCIMN) – la société concessionnaire du port, travaillait depuis plusieurs années, avec le soutien de ses actionnaires, sur ce projet d’aménagement d’un quai dans le but de créer cinq (5) postes d’amarrages pour catamarans à voile, chacun de 20 mètres de long et 10 mètres de large, situés au niveau de la passe d’entrée du port.
Places publiques du plan d’eau qui est ainsi optimisé, places uniquement proposées à la location et non pas « à vendre » sous forme d’amodiations.

L’un des aspects déterminants dans l’appréciation d’une place amodiée est le nombre d’années durant laquelle il est possible de l’utiliser et désormais la situation est claire suite à la prolongation de la concession qui rassure toutes les parties prenantes à la valorisation du domaine maritime.

L’instruction administrative du dossier d’extension du Port de La Napoule a été longue et complexe mais la persévérance finit par être récompensée…
Rappelons que la délibération du Conseil Municipal  le 23 novembre  2015 validant l’avenant N°8 au contrat de concession portant sur la réalisation des travaux et la prolongation de cinq (5) ans aura nécessité de nombreux échanges entre les Services de la Préfecture des Alpes-Maritimes chargé du contrôle de la légalité et les services de la Mairie de Mandelieu-La Napoule.

Sans aucune autre nouvelle observation des Services de la Préfecture des Alpes-Maritimes, le 1er août 2016 l’ancien Maire  de Mandelieu-La Napoule,  Monsieur Henri LEROY (aujourd’hui Sénateur) pouvait enfin écrire à la SA du YCIMN pour demander au concessionnaire de mettre en œuvre l’aménagement tant attendu du Port de La Napoule ( mettant fort heureusement un terme à une période d’incertitude concernant la vente et l’achat d’actions de la SA du YCIMN autrement dit la « vente des places du port »

Au niveau des dispositifs permettant une diversification des habitats : signalons des modules sur les parois verticales (Protec) et implantation de végétaux artificiels (Sargass)

Ces structures sont installées dans les milieux où l’on souhaite un retour de la biodiversité : ils offrent à la fois protection pour les juvéniles, abri pour certaines espèces, support pour la ponte mais aussi nourriture.

Les « Sargass » : filins de corde imitant les végétaux, attachés à un flotteur et ancrés au fond.
Les organismes vivants (épibiose) qui s’y développent servent ensuite de point de fixation pour les pontes des poissons et de crustacés.

Les « Protec » : sont des dispositifs destinés à façonner des aspérités sur les parois verticales qui, de par leur nature, n’en offrent pas. Créant ainsi des abris pour la faune, ils permettent une augmentation du nombre d’espèces autour des aménagements portuaires et l’installation de juvéniles.

C’est la Société P2A développement spécialisée dans l’acquisition et le traitement des données pour la réalisation de tous types d’études de diagnostic écologique en milieu marin

qui est intervenue dans le Port de La Napoule et qui continue à suivre de manière scientifique la qualité du milieu.
Des bouées d’information pour sentier sous-marins ont été commandées  et seront prochainement fournies par P2A développement au Port de La Napoule

Pour mieux connaître les « Activités », « Moyens », « Références » de la Société P2A développement visitez leur site internet :  http://www.p2adev.com

Que ces photographies partagées dans votre magazine et/ou sur mon site internet www.subphotos.com  puissent encourager au respect de la doctrine ou séquence dite « supprimer, réduire ou compenser » depuis l’adoption de la loi sur la protection de la nature de juillet 1976.

Le principe de compensation après étude des impacts négatifs d’un projet sur l’environnement est de mieux en mieux compris…

Félicitons celles et ceux qui agissent pour mettre en œuvre la compensation écologique ou mesure compensatoire afin de restaurer dans les ports la biodiversité marine.

Citons le nouveau Maire de Mandelieu-La Napoule, Maître Sébastien LEROY – Vice-Président de la Communauté d’Agglomération Cannes Pays de Lérins – www.paysdelerins.fr –  : « Notre patrimoine maritime  constitue l’une des grandes richesses de notre territoire. Il participe d’une part, à développer notre attractivité touristique et d’autre part, il constitue un réel défi de sauvegarde de l’environnement. »

N’oublions pas de signaler que David LISNARD, Maire de Cannes et Vice-Président du Département des Alpes-Maritimes a engagé en mai 2015 une démarche pour inscrire la baie de Cannes (constituée des îles de Lérins et de la Croisette) sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO pour protéger et valoriser le patrimoine naturel, culturel et spirituel.

Vous pouvez  soutenir la candidature de Cannes – îles de Lérins –  via un formulaire à remplir sur www.cannes.com

Venez plonger dans La mer de Lérins pour explorer ses fonds, en appréciant de photographier sa faune et sa flore…

Jean de SAINT VICTOR de SAINT BLANCARD

www.subphotos.com – (f) Sea 4 You –

REMERCIEMENTS

Madame Hélène KOTCHOUNIAN – Directrice du YCIMN -

http://www.port-la-napoule.com

Monsieur Jean-Yves JOUVENEL – Gérant de P2A développement -

Docteur Océanographe-Biologiste diplômé de l’EPHE de Perpignan

Spécialité Ichtyoécologie  – gestion des ressources halieutiques, suivis scientifiques de la faune marine en Méditerranée – Précurseur dans le domaine de l’expertise et du génie écologique -

http://www.p2adev.com

 

Monsieur Olivier ESPINASSE

« Centre de Plongée LA CIGALE »

– Projet de création d’un récif artificiel – Immersion d’une épave –

www.lacigale-plongee.com

 

 

 

 

DEVOILEMENT DE LA PLAQUE CAPITAINE (BOB) MALOUBIER

PROPOS INTRODUCTIFS A LA CEREMONIE DU DEVOILEMENT DE LA PLAQUE CAPITAINE (BOB) MALOUBIER

 « Merci infiniment pour votre présence en ce jour symbolique de la « Saint Michel », un jour de fête honoré par les parachutistes…

 Nous sommes ici pour rendre un hommage particulier à un Ancien, un élève du lycée Pasteur, né le 2 février 1923 à Neuilly-sur-Seine, décédé le 20 avril 2015. En faisant une recherche sur Internet pour en savoir davantage  sur ce prestigieux établissement scolaire public construit à partir de 1912, et achevé à l’été 1914, nous apprendrons que ce bâtiment où nous sommes rassemblées a été réquisitionné au début de la Première Guerre mondiale et a pu abriter un hôpital créé par l’Hôpital américain de Paris, situé également à Neuilly, et qui perdurera pendant toute la durée du conflit.

Deux plaques commémoratives, apposées en 1934, rappellent l’histoire de l’ambulance américaine (American Field Service) du lycée Pasteur (1914-1917). Ce bâtiment reçoit ses premiers élèves à la rentrée de 1919 et est inauguré le 18 octobre 1923. La notoriété d’anciens enseignants et d’anciens élèves est marquée par une longue liste de noms connus, de personnalités qu’il m’est impossible de tous citer. Retenons, pour les anciens élèves, et symboliquement, les noms de Gabriel Brunet de Sairigné (officier, Compagnon de la Libération), Jacques Decour (écrivain et résistant), André Kirschen dit André Rossel (résistant et écrivain)…

Vous comprendrez que je puisse associer les noms de ces anciens élèves à un autre nom qui va compléter cette liste après cette cérémonie de dévoilement d’une nouvelle plaque commémorative qui sera apposée dans une salle d’honneur en vis-à-vis d’une plaque honorant la mémoire d’enseignants et élèves « Morts pour la France » pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945).

Je ne sais pas si Robert (Bob) Maloubier qui rêvait de devenir pilote de chasse a porté son regard vers le ciel, vers le campanile qui est revêtu de quatre inscriptions gravées avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale : « L’heure revient, l’homme ne revient pas » ; « Chaque heure blesse, la dernière tue » ; « L’heure française sonnera toujours » ; et enfin « Quand l’heure sonne, Homme soit debout ».

La famille de Bob était particulièrement cultivée. Ses deux parents ont été professeurs dans un lycée de New-York pendant vingt ans avant de revenir en France. Le frère aîné de Bob, né aux Etats-Unis, possède même la nationalité américaine. Pas étonnant que Robert soit parfaitement bilingue français / anglais dès son plus jeune âge. Sportif accompli, il est notamment membre de l’équipe de natation du Racing Club de France.

Mai 1940… Les troupes allemandes déferlent sur la France, les épreuves du baccalauréat sont reportées à une date ultérieure et Bob quitte Paris en juin avant l’arrivée des envahisseurs. Décidant de rejoindre le général de Gaulle, il connaîtra des échecs pour ses tentatives mais nous n’avons pas le temps de détailler les péripéties qui vont le mener en Afrique, à Bizerte en Tunisie, en Algérie ou après la liquidation de Darlan par leur ami Fernand Bonnier de la Chapelle, Bob et son ami Henri Silhol vont être recrutés comme agents secrets du SOE par un major anglais, Jacques Vaillant de Guélis…

N’hésitez pas à lire ou relire l’ouvrage de Bob « Agent secret de Churchill » – préface de Jean-Louis Crémieux-Brilhac – et / ou un autre livre : « L’espion aux pieds palmés ». Agent secret pendant la guerre, saboteur, co-créateur des nageurs de combats français, il a développé les Forces Spéciales françaises balbutiantes, a formé des espions, n’a sans doute jamais vraiment quitté les services secrets français…

Mais revenons à l’essentiel du sens des inscriptions sur cette plaque commémorative qui va être dévoilée pour rendre hommage à Robert (Bob) Maloubier.

 L’audace est le contraire de la peur : cela implique une volonté de faire les choses malgré les risques… L’audace peut être mise en relation avec le courage car cela implique là aussi de faire face à la peur à laquelle on est confrontée… Le courage authentique requiert l’existence de la peur, ainsi que le surpassement de celle-ci dans l’action… Depuis Platon, le courage, ou force d’âme, est considéré comme l’une des quatre vertus cardinales, les trois autres étant la prudence, la tempérance, et la justice. L’optimisme, c’est un état d’esprit qui perçoit le monde et l’univers de manière positive et cela remonte à Socrate puis a été professé par Platon et Aristote. Ce sentiment positif en tant que moteur de l’initiative est sans doute une des clefs pour trouver une solution aux problèmes pour surmonter les difficultés, pour vaincre l’adversité. L’abnégation comme renoncement partiel ou complet de soi, et de ses intérêts personnels se devait d’être inscrite pour nous souvenir que Robert Maloubier est un modèle pour les générations actuelles et futures…

 Chères lycéennes, chers lycéens, pour conclure ces propos introductifs à cette cérémonie, je vous propose de partager une phrase d’Henri de Monfreid : « N’ayez jamais peur de la vie, n’ayez jamais peur de l’aventure, faites confiance au hasard, à la chance, à la destinée. Partez, allez conquérir d’autres espaces, d’autres espérances ».

 Merci d’écouter maintenant attentivement Monsieur le président d’honneur de ‘Libre Résistance Historique », Monsieur Marcel Jaurant-Singer, né à Neuilly le 27 mai 1921, et qui fut pendant la Seconde Guerre mondiale un agent secret français du Special Operations Executive ».

 Jean de Saint Victor de Saint Blancard – www.subphotos.com – 29/09/2017 – Lycée Pasteur -

 Remerciements pour les photographies présentées qui sont issues d’un reportage-photos réalisé par IDR Concept  – www.idr-concept.fr  – contact@idr-concept.com -

 

A LA RECHERCHE DE TAXONS « LIMACES DE MER »

« Limace de mer »  l’expression française d’un nom vernaculaire, désignant plusieurs espèces différentes de mollusques gastéropodes marins dépourvus de coquille non sans rappeler de manière approximative certains traits morphologiques des limaces terrestres…

Le saviez vous ? Une journée des « limaces des mers » (Sea Slug Day) a été décrétée pour le 29 octobre 2015, pour honorer un spécialiste américain de ces animaux.

Ce terme ambigu « limace de mer » englobe les opisthobranches sans coquille apparente, notamment nudibranches, aplysies et autres sacoglosses.

Le mot grec « opisthos » signifie postérieur pour renvoyer à la position des branchies en arrière du cœur.

Le notre pourrait battre plus rapidement en s’émerveillant des couleurs d’animaux appartenant à des ordres « Cephalaspidea », « Sacoglossa », « Anaspidea », « Pleurobranchomorpha » et « Nudibranchia »…

Les plongeuses et plongeurs photographes et ou biologistes peuvent rencontrer beaucoup de taxons d’invertébrés marins de l’ordre « Nudibranchia ».

Que ces quelques images sous-marines de « limaces de mer » partagées puissent  vous inspirer des œuvres créatives et colorées ?

Une envie de partir plonger à la recherche d’autres mollusques gastéropodes dépourvus de coquille ?

Jean de SAINT VICTOR de SAINT BLANCARD – www.subphotos.com

Lecture recommandée : « 100 et une limace de mer » du Professeur Nardo VICENTE – Responsable scientifique de l’Institut Paul Ricard – ouvrage couvrant l’Atlantique et la Méditerranée  – Prix du meilleur Guide du monde sous-marin au F.M.I.S.M 2008 à Antibes – éditions GAP -

Site internet signalé : www.institut-paul-ricard.org

HIPPOCAMPE

asiejsb001-corwebQuelle étrange créature à l’exceptionnelle nage verticale cité par un anonyme

dans « Le Songe de Thétis » : « Et toi,grand dieu de l’Hellade volant sur la très verte en ton char d’hippocampes attelé… »

 Monstre grec appelé « cheval marin » mi-cheval avec sa tête, son encolure, ses pattes avant…mi-poisson avec sa queue…

Etymologie du grec « cheval » et « courbure » ou « poisson de mer » l’ambiguité est confirmée en anglais « sea horse »

Pourtant la créature mythologique baptisée « hippocamp » ou « hippocampus » qu’il ne faut pas confondre avec « pégase » petit poisson de l’océan Indien aux nageoires pectorales évoquant le cheval ailé du panthéon qui n’aurait eu d’autre relation avec l’eau que d’avoir fait jaillir d’un coup de sabot la fontaine d’ Hippocrène, la « source du cheval », des flancs de l’Hélicon.

Doté d’une paire d’ailes à la fontaine de Trévi à Rome, tirant le char de Poséidon (Poséidon Hippios) son maître.

Une légende veut que des juments se fassent saillir en bord de mer par le vent ou des chevaux marins.

Des poulains « fabuleux » naissent et le lien entre la mer et le cheval pourrait s’expliquer de manière poétique.

Regardez les lames qui déferlent et les chevaux au galop dont les crinières blanches peuvent s’apparenter aux embruns fouettés par les vents et pensez aux « fabuleux » Hippocampes sans les rendre responsables des mouvements agités des vagues sur les récifs !

 Peu importe si dans un mythe océanien le dieu des eaux aidé par son frère le dieu du vent leva une vague gigantesque pour envelopper dans l’onde furieuse des équidés transformés depuis en hippocampes.

 Photographier en plongée ce petit poisson qui a survécu à un terrible Tsunami à Phi Phi Don en Thailande suffit à notre bonheur…

 Jean de SAINT VICTOR de SAINT BLANCARD –  www.subphotos.com

 

 

PILOTAGE INTENSE EN PLONGEE AVEC LE « SEABOB »…

Ami(e)s Internautes, le marché des « yacht-toys » prend de l’importance…

Nous pouvons tous rêver à une expérience à vivre à bord d’un petit sous-marin privé…

Super Falcon Mark II, série 1000 de Triton, des submersibles habités, conçus pour deux personnes peuvent plonger à des profondeurs  interdites à la majorité des plongeurs même s’ils ne peuvent prétendre à explorer les abysses…

Saviez-vous que la convention de Montego Bay interdit la plongée des sous-marins dans les eaux territoriales et ne fait pas de distinction entre les sous-marins civils et militaires ?

Au titre du passage inoffensif dans les eaux territoriales, les sous-marins ont l’obligation en principe depuis 1982 de faire surface et d’arborer leur pavillon, sans s’immobiliser et en effectuant leur transit sans discontinuer…

A l’époque le développement des sous-marins de poche privés n’était pas encore envisagé, ni celui des drones, Jetlev, Wavekat P70, ou autres « yacht-toys » ou « sea-toys » pouvant intéresser des plongeuses et des plongeurs qui rechercheraient un plaisir de pilotage intense…

Rendez-vous avait été pris le 17 Octobre dernier à Mandelieu-La Napoule (06) avec Ronny ROSKOSCH – Consultant – SEABOB CAYAGO – www.seabob.com – pour une présentation des performances du « SEABOB » en immersion dans la mer de Lérins.

Au premier regard c’est la beauté du dessin de cette « luge aquatique » qui peut fasciner avec possibilité d’un large choix de couleurs spéciales pour ne pas passer inaperçu ou rechercher la discrétion…

Aux esprits chagrins qui pourraient se poser des questions…il convient rapidement de les rassurer pour répondre aux problématiques du respect de l’environnement et des contraintes administratives ? Le  « SEA BOB » bénéficie d’une propulsion électrique sans émissions polluantes et peut être piloté sans permis.

Une technologie de propulsion sans émissions c’est l’E-Jet Power System, breveté dans le monde entier, qui opère selon le principe du refoulement d’eau.

En tournant le puissant rotor aspire l’eau et la refoule sous haute pression dans le canal jet et vers l’extérieur.

La force propulsive ainsi produite confère au « SEABOB » une motricité supérieure.

La poussée très élevée et la faible consommation énergétique font de l’E-Jet Power System un système de propulsion unique en son genre pour les véhicules sous-marins puissants.

Ne me demandez pas de vous exposer dans le détail le système de propulsion synchrone high-torque avec gestion de puissance sinusoïdale triphasée commandée par microprocesseur car je ne suis pas Ingénieur comme Marie mon épouse qui peut plonger dans la technologie !

J’ai retenu simplement que l’énergie nécessaire au système de propulsion est fournie par des accumulateurs spéciaux High-Energy lithium-manganèse à haut rendement.

Temps de charge standard environ 8h et avec charge rapide1,5h pour une tension de réseau 230V pour une durée de fonctionnement moyenne de 50 minutes pour le « SEABOB F5 » et 60 minutes pour le « SEABOB F5 S ».

Vitesse sous l’eau l’eau selon des conditions variables (!) respectivement pour chacun des deux modèles « F5 » et « F5S » :  13 km/h et 18 km/h !

Très respectueux de l’environnement grâce à sa technologie électrique le « SEABOB » est extrêmement avantageux en termes de coûts d’exploitation non obstant son prix de vente cohérent par rapport à une innovation technique unique en son genre.

En plongée le déplacement est agile pour se faufiler au dessus d’une épave, faire le tour d’un tombant, explorer une zone particulière…

L’argument de la mobilité sous l’eau avec puissance et silence est immédiatement vérifiable et l’électronique de bord permet de programmer une profondeur allant jusqu’à 40 mètres.

Un dispositif de sécurité empêche de dépasser la profondeur de plongée sélectionnée

La « prise en main » implique une maîtrise des « Controlgrips » pour enclencher la puissance, choisir sa direction…

Deux « Controlgrips » intelligents à technologie piézo permettent de programmer un menu de données personnalisées comprenant entre autres, le réglage électronique de la profondeur de plongée, du temps de pilotage et d’autres paramètres…

Conduire un « SEABOB » de manière détendue à basse puissance ou enclencher un 6e palier pour découvrir des sensations exceptionnelles à grande vitesse tout est possible avec le « SEABOB F5 S »

Avec un poids total de seulement 35 kg, il possède d’excellentes caractéristiques de maniabilité pour  une dynamique exceptionnelle.

Le système « SEABOB » propose en plus des accessoires pour faciliter le transport, des poids adaptés pour la plongée professionnelle, un sac de transport, un système de ceinture du pilote pour conduite sportive à vitesse élevée, support, station de charge rapide pour des temps de charge courts…

La qualité rassurante du « Made in Germany » jusque dans les moindres détails au service d’une agilité sous l’eau..

Extra…ordinaire le « Sea-Toy » ? Certes car cet équipement très technique est à prendre au sérieux…

Cela a été un plaisir de pouvoir plonger dans ce monde « High-Tech »

J’ai tenu à partager avec vous quelques images du « SEABOB » pour rêver…

C’est déjà un premier palier avant de tester in situ dans la mer de Lérins certains plaisirs que la vie peut nous réserver…

Jean de SAINT VICTOR de SAINT BLANCARD – www.subphotos.com

Remerciements à Simon ROSE – Marketing Manager et à Ronny ROSKOSCH –  Consultant – et à Lena WILDAUER – SEABOB – CAYAGO AG – Bad Salzuflen – Production –

Davantage d’Informations :

CAYAGO AG

Flachter Str.32

D-70499 – STUTTGART – www.seabob.cominfo@seabob.com -

18ème Salon International de la Plongée Sous-Marine de Paris – E.N.S

UN RENDEZ-VOUS INCONTOURNABLE !

18ème édition du Salon International de la Plongée Sous-Marine

www.salon-de-la-plongee.com

Du 8 au 11 Janvier 2016 au Parc des Expositions de Paris – Porte de Versailles – les visiteurs furent nombreux,rassurés par des mesures de sécurité pour filtrer le public dés l’entrée principale…

La passion de la plongée sous-marine est naturellement « précieuse » avec le symbole d’un diamant visible sur le dossier de presse et d’autres supports !

Contempler sans perturber, prendre la mesure de la richesse des mers, photographier pour partager des regards bienveillants,conforter les plongées « responsables »,s’engager par nos comportements sous l’eau à permettre aux futures générations d’admirer à leur tour un héritage de merveilles de la nature…

Au delà du message dédié à la protection de l’environnement un zoom sur les métiers des profondeurs donnait le ton de la transformation possible d’une passion en profession !

Le monde sous-marin est également un milieu professionnel présenté dans la rubrique « Pro » du magazine bimestriel « Plongée OCTOPUS » – www.les editionsde provence.fr -

Des métiers qui s’exercent avec passion « palmes aux pieds » présentés dans ce magazine bimestriel de plongée qui était à présent comme Exposant pour ses lectrices et lecteurs.Pour encourager des vocations… des « baptêmes » de plongée en scaphandre étaient organisés en toute sécurité par l’ E.N.S – ECOLE NATIONALE DES SCAPHANDRIER – reconnue « IMCA »

www.ens-france.com

Une formidable incitation pour présenter la Certification d’Aptitude à l’Hyperbarie Classe II mention A un « sésame » pour exercer le métier de scaphandrier et envisager plus tard…pourquoi pas un diplôme « IDSA » pour s’ouvrir des perspectives à l’international…

Remerciements à l’équipe de l’ E.N.S pour les immersions encadrées de plongeuses et  plongeurs.

Un vrai plaisir sous l’eau de réaliser des premières bulles professionnelles.

Jean de SAINT VICTOR de SAINT BLANCARD

www.subphotos.com

EXPOSITION DE PHOTOS SOUS-MARINES

projet-affiche-marieWEB

EXPOSITION DE PHOTOS SOUS-MARINES
Plongez en Indonésie…
Du 4 Juillet 2016 au 28 Août 2016
Entrée Libre – Espace Henri Mathieu –
Rendez-vous au : 1er Etage de l’Annexe-Mairie de La Napoule (06) – 251 avenue du 23 Août – Place Saint-Fainéant – 06210 – MANDELIEU-LA-NAPOULE – www.mandelieu.fr – 04 .92.97.04.26 –
Produit des ventes reversé intégralement à l’ONG HAMAP HUMANITAIRE – www.hamap.org –
Tirages réalisés par Arts Factory – L’Image des Arts – L’Art des Images -www.arts-factory.fr -

Photographies de Jean de Saint Victor de Saint Blancard – Reporter Photographe Indépendant –
www.subphotos.com
Venez échanger avec l’Auteur des images sur les techniques de l’art photographique subaquatique et partager la passion respectueuse de la vie sous-marine.
Les photos sous-marines exposées à Mandelieu-la-Napoule (06) vous donneront sans aucun doute l’envie de plonger et photographier les beautés cachées sous l’eau dans la Mer de Lérins..

Mandelieu-la-Napoule

Photos de Jean de Saint Victor de Saint Blancard  pour la nouvelle exposition des posters d’images sous-marines Avenue Henri Clews au niveau des panneaux « Decaux » temporaires qui ont été implantés ce jour sur une partie de la promenade « piétons » qui surplombe le Port de La Napoule (06)…
Les automobilistes qui circulent peuvent voir les posters d’informations sur les animations estivales à Mandelieu-la-Napoule (06) et les piétons peuvent apprécier les  images avec le logo « ARTS FACTORY » et le site internet : www.subphotos.com .